SATIRE COMIQUE À L’OPÉRA DES NATIONS

  Le Grand Théâtre de Genève vous invite à une expérience opératique hors du commun du 12 au 26 septembre à l’Opéra des Nations: du célibat au divorce, trois épisodes de la vie de Figaro, mis en musique par Gioachino Rossini, Wolfgang Amadeus Mozart et Elena Langer, se déploient sur trois soirées consécutives. La trilogie […]

 

Le Grand Théâtre de Genève vous invite à une expérience opératique hors du commun du 12 au 26 septembre à l’Opéra des Nations: du célibat au divorce, trois épisodes de la vie de Figaro, mis en musique par Gioachino Rossini, Wolfgang Amadeus Mozart et Elena Langer, se déploient sur trois soirées consécutives. La trilogie débute avec Il Barbiere di Siviglia, le melodramma buffo le plus représenté du monde, malgré des débuts peu prometteurs à sa création à Rome en 1816 sur un livret de Cesare Sterbini. L’histoire est tirée de la comédie Le Barbier de Séville (1775) de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, où sous la farce absurde se dessine une satire acérée sur la famille, l’amour, le pouvoir et l’argent.

 

Nous sommes à Séville et la nuit est déjà noire. Le comte Almaviva (Bogdan Mihai) vient chanter une sérénade, «Ecco ridente in cielo», devant la maison de la belle Rosine (Lena Belkina), la jeune pupille du vieux docteur Bartolo (Bruno de Simone), qu’il garde jalousement et rêve d’épouser. Le barbier Figaro (Bruno Taddia) va aider le comte à enlever la jeune fille en lui permettant de s’introduire chez Bartolo sous l’apparence d’un soldat, puis d’un professeur de musique. Pour en parler, le baryton Bruno de Simone, qui affiche 38 ans de carrière ainsi que de nombreuses récompenses, et se glisse à nouveau dans le rôle de Bartolo après l’avoir incarné sur les plus grandes scènes du monde: Milan, Vérone, Vienne, Madrid, Tokyo, ou encore San Francisco.

 

Ce n’est pas la première fois que vous vous produisez à Genève, mais c’est votre première à l’Opéra des Nations. S’y sent-on-bien?

 

J’étais venu en 2008 pour jouer Don Magnifico dans La Cenerentola de Gioacchino Rossini, une magnifique coproduction avec le Gran Teatre del Liceu de Barcelone, le Welsh National Opera et le Houston Grand Opera, qui avait donné lieu à un enregistrement en DVD avec DECCA. L’Opéra des Nations est un lieu charmant et très agréable et il y a une bonne acoustique.

 

Si on vous a vu dans quelque répertoire romantique, vous vous êtes affirmé comme un interprète du dramma giocoso et de l’opéra-comique des XVIIIème et XIXème siècles, dont de nombreuses pièces de Rossini.

 

De Rossini, je crois bien avoir joué au moins dix-sept rôles différents au cours de ma carrière, et de nombreuses fois celui de Bartolo notamment. C’est un personnage que j’aime particulièrement et que j’ai beaucoup étudié. Je me suis vraiment plongé dans les mots de cette pièce, car la clé de lecture adéquate pour Rossini comme pour le bel canto en général, c’est l’accord parfait qu’il fait entre le texte et la musique, ce que je recherche dans mon jeu entre l’acteur et le chanteur que je suis avant tout.

 

Comment le rôle a-t-il évolué en vous au cours du temps?

 

La mort de l’opéra dans l’absolu, c’est la routine. Fort heureusement avec des compositeurs comme Rossini, on est encore loin d’avoir sonder toute la profondeur de ses œuvres. Je ne cesse de recomposer les personnages que j’endosse comme si c’était la première fois, en veillant à m’adapter à chaque mise en scène. L’essentiel pour moi dans le melodramma buffo, c’est qu’il ne s’agit pas de créer un personnage drôle, mais bien de mettre en avant son humanité. La veine psychologique profonde des personnages doit avoir le dessus, comme Beaumarchais l’a écrit, et non la farce. Si nous n’interprétions que le côté comique alors nous tomberions dans le grotesque. Avec le temps, mon Bartolo est devenu plus fort à travers l’humanité que je lui insuffle. Je dirais qu’il montre sa faiblesse humaine, surtout à la fin lorsqu’il dit: «insomma io ho tutti i torti» (En somme, j’ai tous les torts). Après tout c’est aussi un médecin très apprécié à Séville et il se doit d’être digne en toutes situations. On pourrait dire que je recherche sérieusement le comique dans l’interprétation de mon personnage. J’ai écrit un essai là-dessus, car le comique dans un opera buffa dérive toujours d’un caractère cynique qui le met en exergue.

 

Quels sont vos projets après Genève?

 

Au mois de novembre je serai Don Febeo dans Che originali! de Simon Mayr, le maestro de Donizetti et de Rossini. Cette nouvelle production originale du Teatro Donizetti de Bergamo se donnera au Teatro Sociale. Je chanterai encore Don Bartolo en août au festival Chorégies d’Orange avec les meilleurs interprètes du moment, puis à Berlin. Ensuite je chanterai le rôle de Don Alfonso dans< em>Così fan tutte à l’Opéra de Lausanne, mais mes projets s’étendent jusqu’en 2021. Par ailleurs, je donne également de plus en plus de masterclass, car je crois que transmettre ce qu’on a reçu est un des enjeux de la vie, une de nos missions.

 

Quel rôle précis manquerait-il à votre belle carrière pour vous combler?

 

Avec 70 rôles à mon actif, j’ai eu l’occasion d’endosser de très beaux rôles comme celui de Sir John Falstaff ou de Gianni Schicchi entre autres. Je dirais qu’il me manque peut-être un rôle posé voire grave, comme celui de Iago dans Otello de Verdi.

 

Propos recueillis par Alexandra Budde

La Trilogie de Figaro, Opéra des Nations à Genève jusqu’au 26 septembre 2017.

 

Le Barbier de Séville, dans une mise en scène de Sam Brown.
Les Noces de Figaro, dans une mise en scène de Tobias Richter.
Figaro divorce, dans une mise en scène de David Pountney.

 

Renseignements et réservations au +41.22.322.50.50 ou sur le site du Grand Théâtre www.geneveopera.ch

 

Articolo originale su:
https://www.leprogramme.ch/article/satire-comique-a-l-opera-des-nations